Déchets plastiques et ferrailles:des associations professionnelles partagent leurs expériences.

 

L’Association Professionnelle des Entreprises de Valorisation de déchets Plastiques et Ferrailles (APEVA) a organisé sa deuxième édition de foire à la Maison de la Femme de Ouagadougou du 16 au 18 février 2018.

Tenue sous le thème « Les risques sanitaires et environnementaux liés à la prolifération des déchets plastiques et ferrailles » cette foire a regroupé les participants venus de Koudougou, Banfora, Bobo, Dedougou, Kaya .

Ils ont saisi cette tribune pour partager leurs expériences et réfléchir sur les difficultés auxquelles ils font face.

« L’on a constaté que les initiatives de valorisation des déchets plastiques et ferrailles existent de façon dispersée et que les gens n’arrivent pas à se réunir pour montrer leur savoir faire et échanger sur leurs difficultés » a déclaré le président de l’APEVA Mr Yacouba BELEMVIRE . Il a ajouté en disant que « Cette foire est un cadre idéal pour les acteurs du domaine de discuter ensemble et voir comment lutter fermement contre le périple du sachet plastique et de la ferraille au BURKINA FASO» .

Pour le représentant du ministre en charge de l’environnement monsieur Rasmané ouedraogo, l’environnement doit bien se porter pour que nous soyons en bonne santé et contribuer au développement de notre pays. Il conclut en disant que «Des associations et structures engagées dans la lutte pour la préservation de l’environnement sont à encourager » .

Quant au représentant du parrain le ministre de la jeunesse, il dira que le ministre de la jeunesse soutient toute initiative de la jeunesse allant dans le cadre de la protection sanitaire et environnementale.

Exposition des produits novateurs

A cette foire qui se veut une solution au problème de recyclage des dechets plastiques et ferrailles Les différentes entreprises participantes ont exposé divers produits emmerveillants de leurs savoir-faire  ;

                                                                                                                      HAOUA GOUBA

Publicités

Burkina Faso:les agents de Santé en grève

IMAGELe syndicat national des agents de santé humaine et animale(SYNTSHA)observe un mot d’ordre de grève de 24h sur tout le territoire national. Ce mercredi 31 janvier 2018, ils protestent contre la reprise d’une procédure judiciaire à l’encontre de l’attaché de santé   Kaboré Nonguezanga.


 

yalgado

Un tour fait à l’hôpital Yalgado OUEDRAOGO, à la pédiatrie Charles de gaulle et au CMA de Pissy révèle que le mot d’ordre de grève est bien suivi dans son ensemble. Plusieurs malades trouvés dans ces lieux affirment n’avoir pas bénéficié d’une prise en charge. Du reste seul le service minimum est assuré par des stagiaires.[ soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/172984241″ params= »color=#ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&show_teaser=true&visual=true » width= »100% » height= »300″ iframe= »true » /]

La justice reproche à ce dernier une non-assistance à personne en danger. Pour exiger l’annulation du procès, le SYNTSHA est en arrêt de travail d’une journée.

Pour le secrétaire général du SYNTSHA Pissyamba Ouédraogo, ce procès constitue une atteinte à leurs libertés de s’exprimer, de revendiquer pour de meilleures conditions. Selon lui, « ce procès est, le constate-t-on, bien une atteinte grave aux libertés démocratiques et syndicales ». M Ouédraogo poursuit en affirmant que dans ce cas précis, les procédures ont été respectées, « la participation à un mot de grève ne saurait être assimilée à un délit ». Et de conclure en soutenant, « pas de faute, pas de
Aux dernières nouvelles nous apprenons que le délibéré du procès est renvoyé au 14 février 2018 à Ouahigouya

Groupe 1

ECOLE PRIMAIRE PUBLIQUE DE BEKA : des elèves de CM2 toujours sans identité

vlcsnap-2018-02-06-11h29m26s57Au Boulgou dans la commune de Zabré la majorité des élèves sont confrontés au manque d’acte de naissance à chaque rentrée scolaire. Lors de notre passage en octobre dernier dans l’école de BEKA sur un effectif de 116 élèves dans la classe de CM2 24 ne possédaient pas de ce document d’Etat Civil.

Pour cette rentrée 2017 – 2018, 86 élèves ont été recrutés pour la classe de CP1 dans l’école primaire de BEKA. Parmi eux 46 ne possèdent pas d’acte de naissance.


 

En ce qui concerne la classe de CM2 avec un effectif de 116 élèves, 24 élèves sont comptés sans actes de naissance jusqu’à la date de fin octobre de l’année en cours.vlcsnap-2018-02-06-11h26m07s75

« Il y a une maternité à BEKA et après une naissance l’agent de santé remet la déclaration de naissance aux parents du nouveau-né. Mais l’ignorance des parents les amène à considérer cela comme l’acte de naissance. Pourtant cette déclaration de naissance qui a une validité de trois mois doit servir à l’établissement de l’acte de naissance à la mairie » nous relate E Il y a une maternité à BEKA et après une naissance l’agent de santé remet la déclaration de naissance aux parents du nouveau-né. Mais l’ignorance des parents les amène à considérer cela comme l’acte de naissance. Pourtant cette déclaration de naissance qui a une validité de trois mois doit servir à l’établissement de l’acte de naissance à la mairie » nous r douard Gouba directeur de l’école de BEKA. « Les parents d’enfants inscrits sans actes de naissance nous promettent ciel et terre pour en faire établir. Mais une fois partis ils ne reviennent plus jusqu’à ce que l’enfant progresse en classe de CM2 » poursuit-il. Avant de conclure que « chaque année un bon nombre d’élèves n’arrivent pas à composer l’examen du certificat d’étude primaire par manque d’acte de naissance et cela m’attriste ».[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/398977638?secret_token=s-z2D6C » params= »color=#ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&show_teaser=true&visual=true » width= »100% » height= »300″ iframe= »true » /]

Afin de résorber le phénomène, une grande sensibilisation à travers des théâtres, des causeries débats pourront contribuer d’une part à lever la confusion entre déclaration de naissance et acte de naissance et d’autre part à faire connaitre l’importance du document.

 

HAOUA GOUBA